Articles

Près de la moitié de la population mondiale est confinée en ces temps difficiles de pandémie de Covid-19. Les animaux et les insectes, eux, jouissent d’une liberté et de l’air purifié par l’arrêt des activités humaines. Les ravageurs de palmiers, charançon rouge et papillon, n’échappent pas à cette règle. Les humains sont confinés, pas les charançons rouges ! Il est donc plus que jamais d’actualité de traiter vos palmiers. Notre entreprise Tropicana Flore maintient son activité de traitement de palmiers durant cette période troublée. Nous vous conseillons de reprendre les traitements préventifs de vos palmiers, d’autant plus que les beaux jours arrivent. Le charançon rouge s’attaque à ces variétés de palmiers  : Phoenix canariensis, Phoenix robusta dactylifera (palmier dattier), Washingtonia, Jubaea, Brahea, Butia Capitata ou Odorata (palmier abricot).

Comment traiter vos palmiers ?

L’injection annuelle TreeCare

En premier lieu, l’injection annuelle de TreeCare® dans le stipe du palmier, fait toujours ses preuves, depuis 7 ans maintenant. Notre entreprise propose cette injection Revive® (l’émamectine benzoate) dans le Var et les Alpes maritimes. Vous pouvez bénéficier d’un tarif négocié dans le cadre d’une lutte collective menée par votre commune (plan ARECAP de la CAVEM, Palmiersud). Nous précisons la liste des communes concernées par ces dispositifs en fin d’article *.

Des préconisations à suivre pour augmenter l’efficacité de l’injection

Néanmoins l’efficacité de cette solution n’est prouvée que si certaines conditions préalables sont respectées. En effet, il est primordial de procéder à cette injection sur un stipe (= tronc) parfaitement nettoyé. De plus, en tant que traitement préventif, il s’effectue sur un palmier sain. En cas de signe d’infestation, contactez sans tarder un professionnel certifié. Enfin, lorsque l’on taille un palmier il peut arriver de le blesser. Or, ces blessures de taille sont des portes d’entrée pour les ravageurs. Un traitement fongicide et insecticide par douchage adapté doit être appliqué sur le palmier lors des travaux de taille. Là aussi, nous préconisons de faire appel à un professionnel pour tailler les palmiers dans les règles de l’art.

La réglementation en vigueur autorise toujours cette solution (appelée stratégie n°3). Néanmoins elle est limitée car l’injection n’est réalisable que sur des palmiers dont le stipe atteint au moins 1 mètre pour les Phoenix. Enfin, le laboratoire Syngenta metteur sur le marché de cette solution, s’engage à fournir une obligation de moyen, mais sans garantie de réussite à 100 % des palmiers traités. Comme tout traitement phytosanitaire. En revanche ce qui est certain, c’est que 100% des palmiers NON traités finissent par être attaqués par le charançon rouge !

Les traitements chimiques

En second lieu, les traitements chimiques permettent d’éliminer le charançon rouge efficacement. C’était sans compter le bouleversement réglementaire !.. interdisant désormais d’utiliser les substances actives qui permettaient de lutter efficacement contre le charançon rouge. L’utilisation du Confidor® en traitement de palmiers en pleine terre a été purement et simplement interdite.

Quelle solution adopter à présent ?

Les institutions françaises et européennes ont laissé propriétaires de palmiers et professionnels sans solution de remplacement. A ce propos, notre entreprise a poussé un cri d’alarme l’année dernière à toutes les administrations et instances concernées. Ministre de l’Ecologie, Ministre de l’Agriculture, Sénateurs, Députés, Chambre d’agriculture, DRAAF, ANSES, UNEP … Quelles réponses a-t-on reçues, selon vous ? Une seule, de la part de notre syndicat, l’Union Nationale des Entreprises du Paysage, qui a indiqué qu’elle remonterait la problématique … Notre courrier faisait état de notre inquiétude concernant l’avenir de notre pépinière, et de notre activité de traitements préventifs et curatifs chez nos clients.

En effet, notre production s’élève à près de 8000 palmiers (80% en pleine terre). Nous avons l’obligation de les traiter préventivement, tout en voyant leurs ventes considérablement diminuer. Ainsi, nous sommes sujets à contrôle réglementaire pour vérifier si nos palmiers sont tous sains…  Sous peine de mise en quarantaine, interdiction de mise à la vente, voire destruction. Un audit réalisé par la même administration qui nous prive de nos moyens de lutte contre les ravageurs du palmier.

Une situation kafkaïenne

D’un côté, nous devons garantir le parfait état sanitaire de nos palmiers, dans un environnement où le charançon fait des ravages. De l’autre, l’administration ne propose pas de  produits phytosanitaires efficaces ET homologués sur le marché français… Oui, il est utile de préciser « sur le marché français ». Car d’autres pays de l’UE ont conservé des solutions de traitement plus efficaces et plus économiques. Leurs opérateurs peuvent alors continuer à exporter leurs palmiers vers le marché français, cette situation créant alors des distorsions de concurrence. On critique  l’usage des néonicotinoïdes  pour leur impact néfaste sur les abeilles. Mais les palmiers sont peu mellifères, ne contiennent pas de glandes nectarifères. De plus, par mesure de précaution, nous coupons les inflorescences sur pied mâle pour éviter toute contamination des abeilles. Le risque de contamination devient donc limité.

Par ailleurs, notre entreprise traite plus de 7000 palmiers de collectivités, professionnels et particuliers, dans le Var et les Alpes maritimes. Pour proposer cette activité réglementée d’applicateur de produits phytosanitaires en prestation de service, Tropicana Flore a beaucoup investi, pour passer agréments, habilitations, certificats individuels et d’entreprise, biocide.
Nous passons pour cela un audit chaque année d’un organisme tierce partie, Veritas. Une expertise terrain développée maintenant depuis près de 17 ans (2003 pour le papillon, 2007 pour le charançon). Aujourd’hui, sans réponse de la part de nos institutions, qu’adviendra-t-il de nos palmiers qui sont si caractéristiques de notre région ? Que deviendra la Côte d’Azur sans ses palmiers ?

Le beauvaria bassiana

Sans cesse en veille technique et juridique, Tropicana Flore propose désormais à ses clients une nouvelle stratégie. Testé dans notre pépinière depuis sa mise sur le marché, le Glenn Biotech souche 203 PHEOMYC est intéressant du point de vue rémanence (jusqu’à 3 mois). Pour en savoir plus sur cette stratégie, n’hésitez pas à contacter nos services.

Comment faire appel à Tropicana Flore en période de confinement ?

Notre entreprise poursuit ses prestations chez ses clients non sans avoir mis en place de nouvelles procédures pour prévenir tout risque de contamination. Tout d’abord, vous pouvez contacter notre service de planification du lundi au vendredi, de 8h à 17h, par mail  contact@tropicaflore.com ou par téléphone : 04 94 45 35 10Pour éviter tout contact avec le technicien chargé du traitement de vos palmiers contre le charançon rouge, nous vous prierons de laisser votre portail ouvert au créneau horaire prévu de l’intervention. Le technicien, sensibilisé aux gestes barrière et aux règles de distanciation, ne vous remettra ni fiche, ni facture. De même, il ne récupérera aucun paiement de votre part. En effet, le service administratif vous transmettra votre facture  par courrier électronique. De plus, nous vous demanderons un règlement par virement de préférence, ou par chèque envoyé par la Poste.

En cette période de confinement, vous profitez certainement plus qu’habituellement de votre jardin. C’est une occasion pour surveiller de près l’état sanitaire de vos palmiers. Cette surveillance doit se faire régulièrement pour détecter le plus tôt possible les symptômes d’attaque. En effet, plus tôt est prise en charge une infestation, meilleurs seront les résultats des traitements curatifs. Si vous observez un de ces symptômes, contactez sans délai un professionnel : encoches sur palmes en forme de biseaux, asymétrie, chute de palmes, affaissement… Un de nos techniciens se déplacera chez vous pour établir un diagnostic et un devis gratuit. Suivant l’avancement de l’infestation par le charançon rouge, nous préconiserons un assainissement, traitement curatif, voire un abattage si le palmier est mort. En effet, nous poursuivons nos opérations de sauvetage durant cette période de pandémie.

* Liste des communes ayant mis en place une lutte collective contre le charançon rouge :

Beaulieu sur Mer, Bormes les mimosas, Carqueiranne, Carros, Carry le Rouet, Cavalaire sur mer, Coursegoules, Fréjus, Gattières, Grasse, Hyères, La Colle sur Loup, La Gaude, La Grande Motte, La Londe les Maures, Le Cannet, le Lavandou, Le Tignet, Les Adrets de l’Esterel, Martigues, Mougins, Port la Nouvelle, Puget sur Argens, Roquebrune-sur-Argens, Roquefort les Pins, Saint Jeannet, Saint Mandrier sur mer, Sain Paul de Vence, Saint Raphaël, Sète, Spéracèdes, Tourrettes sur Loup, Vallauris, Vence, Villeneuve Loubet.